09.72.102.102

Contrat d’assurance & ramonage

Votre contrat d’assurance multirisques habitation et le ramonage

De nombreuses questions reviennent souvent au sujet du ramonage, des obligations de l’assuré, propriétaire ou locataire, ou encore des conséquences en cas de sinistre. Vous trouverez ci-dessous toutes les réponses pour utiliser votre cheminée ou poêle sereinement durant l’hiver.

lamy sinistre blog
Image de yanalya sur Freepik

Le feu de cheminée et de poêle sont-ils garantis par les contrats multirisques habitation ?

Oui, dans le cadre de votre contrat d’assurance multirisques habitation et sa garantie incendie, les dommages causés par un feu de cheminée ou de poêle sont couverts.

Est-ce que le ramonage est obligatoire ?

Oui, c’est une obligation. En cas de défaut, cela peut être sanctionné par une amende allant jusqu’à 450 € (amende de troisième classe). En cas de sinistre, si le ramonage n’a pas été effectué vous risquez une indemnité réduite par votre compagnie d’assurance.

A quel rythme dois-je ramoner ma cheminée ou mon poêle ?

Le rythme dépend du règlement défini par votre département. Vous pouvez en prendre connaissance en mairie ou à la préfecture. Généralement, deux ramonages par an sont nécessaires dont un en période de chauffe.

Qui doit être en charge du ramonage ?

Théoriquement, c’est à l’utilisateur d’effectuer le ramonage. Si vous êtes propriétaire non-occupant et que vous autorisez votre locataire à utiliser votre cheminée ou poêle, vous devez veiller que l’installation soit en bon état à chaque changement de locataire. Si vous êtes locataire, le ramonage des conduits est une charge locative qui est habituellement rappelée dans le contrat de bail. En qualité de propriétaire bailleur vous pouvez vous charger de faire ramoner votre installation mais dans ce cas, les frais engagés sont à votre charge.

Quelles sont les premières démarches en cas de sinistre incendie causé par un feu de cheminée ou de poêle ?

Dans un premier temps, vous devez déclarer votre sinistre auprès de votre assurance dans les 5 jours ouvrés à compter du jour du sinistre. Cette déclaration peut se faire par téléphone, par courrier ou encore via votre espace client sur internet. Un numéro de sinistre doit vous être transmis, il valide l’ouverture du dossier.

 
Ensuite, il est important de récupérer vos conditions générales et particulières afin de vérifier les garanties auxquelles vous avez le droit. Vous obtiendrez des informations concernant le risque assuré, le relogement, les plafonds de garanties ou encore si vous êtes garanti en valeur à neuf ou en vétusté déduite. Après cela, il est indispensable de trouver une solution de relogement pérenne. En effet, la gestion du sinistre puis les travaux de remise en état peuvent durer de nombreux mois. Dans ce cas, la mairie peut vous aider notamment à travers le service CCAS. Vous pouvez aussi chercher de votre côté en vous renseignant, par exemple, auprès d’agences de location. Attention, généralement, le relogement est pris en charge par votre compagnie d’assurance mais nous vous invitons à vérifier ce point dans votre contrat d’assurance. Dans la plupart des cas, le relogement est pris en charge à hauteur de la valeur locative de votre bien et défini dans le temps à dire d’expert.

 

Par exemple, 600€ par mois pendant 1 an. Un justificatif (quittances, factures,…) peut être demandé par la compagnie d’assurance et son expert afin de vous rembourser ces frais. Attendre le passage de l’expert de l’assurance et ne jeter rien. Vous devez absolument tout garder jusqu’au passage de l’expert afin qu’il puisse constater l’ensemble des dommages et pertes. Assurez-vous qu’il constate toutes les pertes mobilières et dommages immobiliers lors de son passage. L’expert aura pour objectif, lors de ce premier déplacement, de constater les dommages et de faire un rapport de reconnaissance. Ce rapport est transmis à l’assurance afin qu’elle évalue le dossier, et l’indemnité. Nous vous invitons aussi à évoquer les mesures conservatoires qui permettent d’éviter l’aggravation des dommages (bâchage de la toiture, étaiement d’un plancher, …)

Faut-il faire appel à son expert ?

Il est fortement conseillé de faire appel à un expert d’assuré. Celui-ci est chargé de défendre vos intérêts tout au long de la gestion du sinistre. Il vous accompagne jusqu’au versement de l’indemnité préalablement négociée sur la base de votre contrat d’assurance et face à l’expert de l’assurance. Il prend en charge une grande partie de la gestion administrative du dossier. Son objectif est de négocier la meilleure indemnité dans les meilleurs délais.

Quels sont les honoraires d’un expert d’assuré ?

L’expert d’assuré se rémunère en fonction de sa négociation. C’est un accompagnement “gagnant-gagnant” puisqu’il prend un pourcentage sur l’indemnité négociée. Ce pourcentage varie entre 5 et 10 % en fonction de la complexité du dossier. Ses honoraires sont souvent pris en charge par les contrats d’assurance au titre de la garantie honoraire d’expert. Dans ce cas, vous n’avez rien à débourser.

Quand faut-il faire appel à un expert d’assuré ?

Vous devez faire appel à un expert d’assuré dès la survenance du sinistre. Dans ce cas, vous vous assurez une gestion du sinistre efficace et maîtrisée, une indemnité maximisée, un temps de gestion réduit et la défense de vos intérêts.

Partagez sur les réseaux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Une problématique avec votre assurance ?

Contactez nos experts d’assuré au 09.72.102.102 ou en remplissant le formulaire ci-dessous :

Contrat d’assurance & ramonage

Votre contrat d’assurance multirisques habitation et le ramonage

De nombreuses questions reviennent souvent au sujet du ramonage, des obligations de l’assuré, propriétaire ou locataire, ou encore des conséquences en cas de sinistre. Vous trouverez ci-dessous toutes les réponses pour utiliser votre cheminée ou poêle sereinement durant l’hiver.

lamy sinistre blog
Image de yanalya sur Freepik

Le feu de cheminée et de poêle sont-ils garantis par les contrats multirisques habitation ?

Oui, dans le cadre de votre contrat d’assurance multirisques habitation et sa garantie incendie, les dommages causés par un feu de cheminée ou de poêle sont couverts.

Est-ce que le ramonage est obligatoire ?

Oui, c’est une obligation. En cas de défaut, cela peut être sanctionné par une amende allant jusqu’à 450 € (amende de troisième classe). En cas de sinistre, si le ramonage n’a pas été effectué vous risquez une indemnité réduite par votre compagnie d’assurance.

A quel rythme dois-je ramoner ma cheminée ou mon poêle ?

Le rythme dépend du règlement défini par votre département. Vous pouvez en prendre connaissance en mairie ou à la préfecture. Généralement, deux ramonages par an sont nécessaires dont un en période de chauffe.

Qui doit être en charge du ramonage ?

Théoriquement, c’est à l’utilisateur d’effectuer le ramonage. Si vous êtes propriétaire non-occupant et que vous autorisez votre locataire à utiliser votre cheminée ou poêle, vous devez veiller que l’installation soit en bon état à chaque changement de locataire. Si vous êtes locataire, le ramonage des conduits est une charge locative qui est habituellement rappelée dans le contrat de bail. En qualité de propriétaire bailleur vous pouvez vous charger de faire ramoner votre installation mais dans ce cas, les frais engagés sont à votre charge.

Quelles sont les premières démarches en cas de sinistre incendie causé par un feu de cheminée ou de poêle ?

Dans un premier temps, vous devez déclarer votre sinistre auprès de votre assurance dans les 5 jours ouvrés à compter du jour du sinistre. Cette déclaration peut se faire par téléphone, par courrier ou encore via votre espace client sur internet. Un numéro de sinistre doit vous être transmis, il valide l’ouverture du dossier.

 
Ensuite, il est important de récupérer vos conditions générales et particulières afin de vérifier les garanties auxquelles vous avez le droit. Vous obtiendrez des informations concernant le risque assuré, le relogement, les plafonds de garanties ou encore si vous êtes garanti en valeur à neuf ou en vétusté déduite.

 

Après cela, il est indispensable de trouver une solution de relogement pérenne. En effet, la gestion du sinistre puis les travaux de remise en état peuvent durer de nombreux mois. Dans ce cas, la mairie peut vous aider notamment à travers le service CCAS. Vous pouvez aussi chercher de votre côté en vous renseignant, par exemple, auprès d’agences de location. Attention, généralement, le relogement est pris en charge par votre compagnie d’assurance mais nous vous invitons à vérifier ce point dans votre contrat d’assurance. Dans la plupart des cas, le relogement est pris en charge à hauteur de la valeur locative de votre bien et défini dans le temps à dire d’expert. Par exemple, 600€ par mois pendant 1 an. Un justificatif (quittances, factures,…) peut être demandé par la compagnie d’assurance et son expert afin de vous rembourser ces frais. Attendre le passage de l’expert de l’assurance et ne jeter rien. Vous devez absolument tout garder jusqu’au passage de l’expert afin qu’il puisse constater l’ensemble des dommages et pertes. Assurez-vous qu’il constate toutes les pertes mobilières et dommages immobiliers lors de son passage. L’expert aura pour objectif, lors de ce premier déplacement, de constater les dommages et de faire un rapport de reconnaissance. Ce rapport est transmis à l’assurance afin qu’elle évalue le dossier, et l’indemnité. Nous vous invitons aussi à évoquer les mesures conservatoires qui permettent d’éviter l’aggravation des dommages (bâchage de la toiture, étaiement d’un plancher, …)

Faut-il faire appel à son expert ?

Il est fortement conseillé de faire appel à un expert d’assuré. Celui-ci est chargé de défendre vos intérêts tout au long de la gestion du sinistre. Il vous accompagne jusqu’au versement de l’indemnité préalablement négociée sur la base de votre contrat d’assurance et face à l’expert de l’assurance. Il prend en charge une grande partie de la gestion administrative du dossier. Son objectif est de négocier la meilleure indemnité dans les meilleurs délais.

Quels sont les honoraires d’un expert d’assuré ?

L’expert d’assuré se rémunère en fonction de sa négociation. C’est un accompagnement “gagnant-gagnant” puisqu’il prend un pourcentage sur l’indemnité négociée. Ce pourcentage varie entre 5 et 10 % en fonction de la complexité du dossier. Ses honoraires sont souvent pris en charge par les contrats d’assurance au titre de la garantie honoraire d’expert. Dans ce cas, vous n’avez rien à débourser.

Quand faut-il faire appel à un expert d’assuré ?

Vous devez faire appel à un expert d’assuré dès la survenance du sinistre. Dans ce cas, vous vous assurez une gestion du sinistre efficace et maîtrisée, une indemnité maximisée, un temps de gestion réduit et la défense de vos intérêts.

Partagez sur les réseaux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Une problématique avec votre assurance ?

Contactez nos experts d’assuré au 09.72.102.102 ou en remplissant le formulaire ci-dessous :

Retrouvez nos actualités

Votre foyer dispose d’une cheminée ? Votre assurance multirisques habitation prend en charge les dommages causés par un feu de cheminée.

Lire la suite

Le contrat multirisques habitation offre des garanties assez larges et couvre plusieurs catégories de dommages : bâtiment, mobilier..

Lire la suite

Il est évident que la clarté des contrats d’assurance est surtout de l’intérêt de la clientèle. Cependant, elle est aussi de l’intérêt des professionnels..

Lire la suite

Retrouvez notre FAQ

C’est la plupart du temps sur les murs extérieurs d’une maison que les fissures apparaissent. Ce phénomène courant revêt un degré de gravité variable en fonction des contextes.

Lire la suite

Une fissure inquiétante sur un mur de parpaing ? Un professionnel est plus à même de déterminer sa nature et son incidence sur les fondations. Il identifie la cause de ces fissures et apporte des solutions.

Lire la suite

La présence d’une fissure sur les façades est un problème que l’on rencontre souvent quand on possède une habitation.

Lire la suite