A Aubers, petit village de la métropole lilloise, les habitants sont des habitués des procédures de reconnaissance des catastrophes naturelles. En effet, à cause d’un sol très argileux, de nombreuses périodes de sécheresse aboutissent régulièrement à ce type de procédure depuis la fin des années 1980. Cependant, la période difficile de 2015 n’a pas été reconnue. Les habitants concernés ont déposé un recours.

Catastrophe naturelle à Aubers, un problème important

Si en 2015, l’état de catastrophe naturelle n’a pas été reconnu car moins de 10 % du territoire aubernois été concerné. Cependant, le maire a déposé un recours car :

  • Pour lui le calcul n’est pas bon car sur les 1014 ha de la commune, 800 sont tes terres agricoles et les 10 % ne devraient pas les prendre en compte,
  • D’avril à mi-août 2015 il y a eu un déficit énorme des pluies, ce qui prouve l’état de sécheresse de la commune

Plus de 8000 communes concernées par les procédure en catanat

Actuellement, c’est plus de 8 000 communes sur le territoire français qui sont concernées par les sécheresse :

  • Elles se situent sur des sols très argileux connaissant de grandes variations hydriques,
  • Elles subissent des tassements importants ce qui cause des dommages sur les constructions,
  • Le coût des dédommagements liés aux cas de sécheresse est de 4,5 milliards d’euros (deuxième poste d’indemnisation après les inondations) ce qui a poussé le gouvernement à faire inscrire ces zones sur les PLU obligeant ainsi les constructeurs à prévoir des fondations adéquates.