L’eau est d’une importance capitale de l’eau pour la vie. Mais elle peut aussi occasionner des dégâts notamment sur les constructions. Les déchaussements de fondations dus à un ruissellement souterrain d’eau est un exemple. L’inondation consécutive à la remontée d’une nappe phréatique est un autre exemple… qui peut être à l’origine de désordres.

Les inondations peuvent résulter d’une remontée de nappe phréatique

On a tendance à penser que les crues sont occasionnées par des ruissellements ou débordements en surface, principalement en cas de pluies torrentielles. Néanmoins, une maison bâtie sur une nappe phréatique peut également être inondée. Plusieurs cas de figure ont d’ailleurs été constatés dans plusieurs régions françaises en 2001. Lire notre article : que faire en cas d’inondation de votre maison ?

Bassin du Clain : illustration de l’inondation par remontée de la nappe phréatique

Lorsque la nappe phréatique est saturée, une pluie peu intense peut entraîner des crues plus dangereuses que celles causées par de fortes averses. Ce qui a été confirmé par l’étude menée par le BGRM dans le bassin du Clain. Concrètement, le niveau des nappes qui s’y trouvent peuvent avoir des incidences sur les crues à Poitiers (voir le rapport du BRGM/RP-62051-FR).

Remontée de nappe phréatique et dommages sur une maison

Une nappe souterraine qui remonte peut rapidement affecter la maison. Les dégâts touchent d’abord les parties enterrées comme les parkings et sous-sols. Il est possible que les dommages progressent vers le rez-de-chaussée, l’eau entraînant souvent des désagréments esthétiques et olfactifs. Le pire, c’est quand le bâtiment lui-même se dégrade :

  • Sol dissolu, affaissé ou effondré
  • Sol de fondation liquéfié
  • Capacité de charge des fondations réduites
  • Maison qui se soulève
  • Construction fissurée
  • Béton dégradé
  • Phénomène d’humidité

S’informer sur les risques de remontée de nappe phréatique dans la commune concernée

Les experts ne sont pas les seuls à pouvoir s’informer auprès du BRGM en ce qui concerne les risques encourus et les mesures préventives adaptées dans chaque commune. D’autres services œuvrent dans cette prévention :

  • SAC (Services d’Annonce de Crue)
  • DPPR (Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques)
  • SCHAPI (Service Central d’Hydrométéorologie et d’Appui à la Prévision des Inondations)
  • Les préfectures
  • La direction de l’eau (MEDD)
  • Quelques EPTB (Etablissements Publics Territoriaux de Bassins)
  • Quelques-uns des Conseils Généraux dont celui du Loiret
  • Des instituts de recherches comme l’IRSTEA

L’étude géotechnique pour une évaluation exacte du risque de remontée de nappe phréatique

Les roches laissent passer l’eau de manières différentes. Un sinistre provoqué par la remontée de nappe souterraine traduit généralement la présence de roches calcaires. A contrario, les sols sableux ont tendance à absorber l’eau à une vitesse déconcertante. L’idéal est donc de recourir à une étude de sol qui permet d’identifier les caractéristiques du terrain et de définir si une nappe phréatique menace l’intégrité de la maison. Une suspicion éventuellement confirmée par l’étude géotechnique conduit le plus souvent à une expertise indépendante. Cette précaution permet d’adopter des mesures constructives appropriées en vue de protéger efficacement le bâtiment.

Cette fiche est maintenant terminée, mais de vous à nous ce n’est pas fini…
Vous pouvez également :

nous contacter