À Pont-Péan, en Ille-et-Vilaine, Christian Labbé lutte avec les fissures qui s’installent dans sa maison. Les inondations et les sécheresses à répétition agissent sur le sol argileux sur lequel elle est bâtie. Les fissures s’agrandissent et son bien immobilier se déprécie.

Une situation qui évolue avec le climat

  • Construite sur un sol argileux, sa maison de lotissement subit le « travail » du terrain.
  • Celui-ci n’absorbe pas les pluies et la sécheresse fait craquer le terrain.
  • Conséquemment, c’est toute la maison qui est impactée.
  • Les premières fissures repérées sont devenues omniprésentes.
  • En 2016, le propriétaire s’alarme vraiment. Des dégâts inquiétants meurtrissent sa maison.

Vers une déclaration de catastrophe naturelle

  • La maison de M. Labbé, achetée plus de 200 000 euros en 2011 et construite dans les années 1990, présente trop de fissures pour être mise sur le marché.
  • Sa valeur marchande est devenue quasi-nulle.
  • Le propriétaire décide de demander la reconnaissance d’un état de catastrophe naturelle.
  • Cette démarche est trop lente pour lui. Elle pourrait durer jusqu’à 2 ou 3 ans.

Cette fiche est maintenant terminée, mais de vous à nous ce n’est pas fini…
Vous pouvez également :

nous contacter

demander un devis- fissures