Grand Angoulême. De nombreux propriétaires font face à un problème commun : des fissures qui portent atteinte à la sécurité de leurs maisons. Ces désordres résultent des sécheresses successives. Devant ce sinistre, les propriétaires ont décidé d’unir leurs forces.

Une association pour obtenir gain de cause

  • Les sinistrés ont créé une association dénommée ASSPB16.
  • L’association des sinistrés de la sécheresse sur les propriétés bâties 16 compte déposer une demande commune dans l’objectif d’obtenir la reconnaissance de catastrophe naturelle.
  • L’association organise une réunion le 14 mars à L’Isle-d’Espagnac.
  • Les sinistrés sont unanimes : les fissures résultent certainement des sécheresses.

Des cas similaires en 2003

  • Rémi Mesmain a remarqué les premières fissures en 2011.
  • Inquiet, il a déposé une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle.
  • Les assurances ont tardé à se manifester alors il a financé des réparations de plus de 50 000€ par ses propres moyens.
  • Le retraité regrette sa précipitation et a fondé une association pour protéger les sinistrés qui peuvent par ailleurs recourir à une expertise.
  • Selon la loi, les assurés peuvent déposer leur demande d’indemnisation dans les 10 jours suivant la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.
  • Cette reconnaissance doit faire l’objet d’une publication officielle.
  • En 2003, 497 cas ont déjà été recensés. Ils ont obtenu la reconnaissance de catastrophe naturelle en 2005 et ont été justement indemnisés.
  • Les sinistrés de Grand Angoulême tablent sur une issue toute aussi favorable.
  • A l’heure actuelle, 20 sinistrés ont déjà intégré l’association.

nous contacter